Anarchiquement vôtre

Salmigondis de mots sans queue ni tête, à ne pas prendre au pied de la lettre. Réflexions sur tout et rien pas toujours au quotidien.

20 février 2014

Recyclage 101

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Antoine Laurent de Lavoisier (1743-1794)

 

Comme vous pouvez le constater, On n’a pas inventé le recyclage  et ce n’est pas d’hier qu’on en parle. Bon, je sais, je charrie un peu, trêve de plaisanterie, oublions Lavoisier.

Pour ceux et celles qui me lisent depuis quelques années, vous savez que je suis une fan finie du recyclage et de la récupération. Je recycle des vieux vêtements, du vieux bois, des vieux meubles, rien ne me résiste.  (Il m’arrive même de récupérer quelques bonnes idées chez d’autres bloggeurs pour écrire un billet).

Comme une image vaut mille mots, voici donc en photos quelques-unes de mes réalisations illustrant comment on peut récupérer un vieux bas, un vieux chandail, un vieux drap, une vieille nappe et pourquoi pas une vieille tout court qui s’amuse à créer.

En espérant que ce court billet incitera des consommateurs compulsifs  à changer leurs habitudes de consommation.

 

1couture_cadeau 011

Tablier d'enfant fait à partir de tissu imperméable ayant servi à faire des couches pour bébé.

2couture_cadeau 019

Doudou faite de retailles et vieux vêtements.

3couture_cadeau 021

Doudou pour le petit dernier. Étienne le mordille. Sa grande soeur l'appelle Clowndy.

 

4couture_cadeau_martin 001

5couture_cadeau_martin 004

Petite veste réversible et matelassée. Elle tient Judith au chaud. Retailles, récup de vieux vêtements.

 

6sac_fannyl 003

Sac de princesse. Vieux drap, taie d'oreiller, dentelle.

 

7sacs 001

Sac magasinage. Tissu récupéré d'une vieille chaise de jardin.

 

8couture_cadeau 001

Cheval bâton. Il s'appelle Bruno. Ariane l'adore. Vieux bas.

 

9chapeau

Transformation d'un chapeau qui ne cachait pas les oreilles et que je ne trouvais pas assez chaud par temps froid.

Posté par caboche à 11:31 - Commentaires [10] - Permalien [#]

24 décembre 2013

Sans traditions

Il est de coutumes d’offrir des voeux et des cadeaux dans le temps des Fêtes, mais pour tout vous dire, je n’ai jamais tellement suivi les traditions.

Dans ma famille, nous n’échangeons pas de cadeaux entre adultes, nous en offrons qu’aux petits enfants. Il m’arrive aussi de fabriquer leur cadeau : un lit de poupée, un joli sac rempli de matériel pour bricoler, un petit train en bois ou des costumes pour se déguiser. De fil en aiguille je suis un peu marteau.

 

brico_caboche3

 

Cette année, à la fin octobre, il s’est ajouté un quatrième petit-enfant, alors si je ne vous ai pas raconté d’histoires ici plus souvent, c’est que je suis occupée à bercer le nouveau-né.

Je vous souhaite de Joyeuses Fêtes

 

fetes3

 

et

 

Bonne_annee14

Posté par caboche à 12:21 - Commentaires [6] - Permalien [#]

04 novembre 2013

Quand l'histoire se répète.

Histoire de « twit » ou de tweet?

 

Si vous saviez comme je me sens seule de ma gang aujourd’hui. Mélange de tristesse, de déception et de colère.

Ces sentiments me sont venus en apprenant le taux de participation des Montréalais aux élections municipales de dimanche (42%). J’ai alors réalisé qu’à Montréal, près de 60% des gens s’en fout complètement de se faire voler pendant des années, puisqu’ils ne se sont pas donnés la peine d’aller voter.

À tous ceux et celles qui attendent impatiemment dans leur salon de pouvoir voter sur Twitter, je vous dis : soyez patients et rassurés. Dans 4 ans, ce sera probablement chose faite puisque le programme électoral du nouveau maire de Montréal, écrit en 140 caractères, repose sur une véritable révolution électronique. Alors comme monsieur le maire a promis de faire de Montréal une « ville intelligente »,  j’ose espérer que les Montréalais auront gagné en clairvoyance et en lucidité dans 4 ans pour se rendre compte de l’importance de participer à cet exercice démocratique.

Autre sujet irritant : Comment expliquer que la chaîne de télévision nationale, Ici Radio-Canada télé  n’ait pas choisi  de présenter « la soirée des élections » en remplacement de son bla-bla dominical qui, paraît-il attire plus d’un million de téléspectateurs?

Bof! C’est toujours plus facile de niveler par le bas.

Et oui, j’ai l’impression de ramer à contre-courant toute seule dans ma barque à Montréal. Alors, veuillez ne pas inscrire ici les raisons qui vous ont empêchés d’aller voter dimanche le 3 novembre, puisqu’il y a de grandes chances que je fasse la sourde oreille à vos explications. D’autant que j’aimerais citer en exemple ma fille et son conjoint qui, bien qu’ayant un jeune bébé d’une semaine à la maison, ont tout de même réussi à aller exercer leur droit de vote. 

Mais de tout cela, je vous en ai déjà parlé ici. Et l’histoire malheureusement se répète.

Posté par caboche à 23:19 - Salmigondis au quotidien - Commentaires [10] - Permalien [#]

27 octobre 2013

Pow! Pow!

 

Voici un sujet délicat à traiter : La chasse … au cerf de Virginie.

Ou dit autrement : Pourquoi tuer le papa et la maman de Bambi?

 

chasse

Je n’aurais jamais pensé vous parler de ce sujet si Zoreilles ne l’avait abordé dans un de ses billets.

 

 

 

En cette fin du mois d’octobre où la période de la chasse est ouverte un peu partout au Québec, allons-y d’abord de quelques questions élémentaires.

 

La chasse est-elle une activité sanguinaireOui. Inévitablement, si l’on tue un animal, que ce soit à l’arc, à la carabine ou dans un abattoir, … il saigne.

 

 

 

Peut-on faire un lien entre la chasse sportive et une activité pratiquée à l’Age de pierre? Oui et non.  Le Paléolithique est une période caractérisée par une économie de prédation où les humains sont des chasseurs-cueilleurs. Ils pratiquaient donc la chasse... non sportive.

 

 

 

Peut-on qualifier le chasseur d’aujourd’hui d’homme de Cro-Magnon? Non Les chasseurs, aujourd’hui, n’habitent pas dans des cavernes.

 

 

 

Loin de moi l’idée d’entamer ici  une argumentation sur le bien fondé de la chasse, ni de vous convaincre de quoi que ce soit.

 

Mais au moment où mon conjoint est parti à la chasse au chevreuil, avec son fusil à la poudre noire (et oui, le fusil à poudre noire remonte au XIVème siècle), je ne peux m’empêcher de penser à lui, sachant tout le soin qu’il a pris depuis quelques semaines pour préparer cette activité avec ses amis. Je sais qu’il est heureux de retrouver ses compagnons de chasse dans le bois, à 6 heures le matin, sous une température de – 5C, son lunch dans son sac à dos, marchant sur la pointe des pieds jusqu’à sa cache pour ne pas effrayer le chevreuil.

 

En 30 ans de chasse, il a abattu une seule fois un chevreuil. Les autres années, l’animal était trop loin ou mal placé, ou il n’avait pas de bois, ou les bois n’étaient pas sassez longs,  ou  il devait « faire le chien » pour faire lever le chevreuil. (Chut! Il ne faut pas lui dire, mais je me suis demandée s’il voulait vraiment tirer, lui qui est un excellent tireur au tir à la cible).

 

Mais tout ça n’a pas d’importance. Il est toujours heureux lorsqu’il revient. C’est une histoire de copains qui partagent un loisir, des repas en gang le soir, des histoires de chasse et de pèche depuis plus de 30 ans.  C’est une histoire de gars fiers de s’être entraînés au tir et d’avoir déjoué l’animal qui est souvent plus malin qu’eux.

 

Alors  moi, lorsqu’il revient après 2 semaines de marche au grand air,  je suis bien contente de pouvoir faire quelques tourtières à la viande de chevreuil pour le temps des fêtes, au lieu des pâtés au bœuf engraissé aux hormones.

 

 

 

Bonne chasse les amis.

 

 

 

 

Posté par caboche à 10:19 - Salmigondis au quotidien - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 octobre 2013

De l’utilisation d’un drapeau

voile

 

Lettre à Rachida.

Depuis quelques temps, tu prends la parole à la télé, à la radio, dans les journaux et je t’entends parler de liberté, je t’entends dire haut et fort que tu veux qu’on te comprenne et qu’on te respecte, mais qu’en est-il de la compréhension et du respect que tu as pour ces femmes québécoises qui ont mené tant de batailles avant toi pour obtenir cette liberté et cette égalité dont tu parles et que tu revendiques?

Je t’ai vue défiler, sourire aux lèvres, le drapeau du Québec te servant de voile. Est-ce nécessaire de te dire que je n’ai pas trouvé ça mignon. Tu n’es pas sans savoir qu’un drapeau véhicule une charge émotive, et un voile aussi d’ailleurs!

 

voile2

 

Tu connais sûrement l’histoire du voile mieux que moi, mais connais-tu l’histoire du Québec, celle des luttes que les Québécoises ont menées au fil des ans?

Tiens, voici quelques dates qui me viennent en tête.

En 1931 elles revendiquaient le droit d’avoir plein autorité sur leur salaire personnel.

En 1940 le droit de voter

En 1941 le droit à la pratique juridique qui permettait l’accès au Barreau.

En 1945 le droit aux allocations familiales distribuées aux mères. – Le clergé insistait pour qu’elles soient distribuées au père chef de famille.-

Avant 1964, la femme mariée ne pouvait se défendre en justice, devait prendre la nationalité imposée par son mari, devait se plier au choix du domicile par son mari, ne pouvait exercer une profession différente du mari, était responsables des dettes de son mari (non réciproque) …..

Ouf! Je me suis mariée quelques années plus tard. Je l’ai échappée belle, n’est-ce pas? Bien que …  nous n’avions pas encore accès au mariage civil (1968). Hum!

Cette même année (1964), une réforme a permis aux femmes un véritable accès aux études postsecondaires.

 Quelle chance tu as d’avoir le droit de fréquenter l’université et ce dans n’importe laquelle des facultés!

Et ça se poursuit, 1973 égalité juridique des époux, 1975 interdiction de discrimination basée sur le sexe, 1981 droit des femmes mariées à conserver leur nom, 1989 loi du patrimoine, 1995 politique d’intervention en matière de violence conjugale.

 

Vois-tu, le Québec a été longtemps dirigé par le clergé. Les premières revendications pour une séparation stricte de l’Église et de l’État remontent au Temps des Patriotes en 1837-38.

Cette laïcité toute neuve de l’État nous est chère, elle a été difficilement acquise, cette quête de l’égalité entre les sexes est un long processus qui n’est pas encore terminé.

Mais le peuple québécois est patient et bien conciliant, il n’aime pas la chicane. Ça je crois que tu le sais. Mais il ne faut pas en abuser. Je sais aussi que ce n’est pas toutes tes coreligionnaires qui endossent tes propos ou qui appuient tes revendications.

Tu dis que tu aimes vivre au Québec, tu ne cesses de répéter comme tu es bien ici, comme tu es québécoise, alors je me pose  la question: Est-ce que tes revendications reflètent les valeurs québécoises?

Ma mère, qui était une fervente patriote, convaincue qu’il fallait se tenir debout et  défendre notre langue et nos valeurs me disait qu’on ne peut pas « avoir le beurre et l’argent du beurre ». ;-) 

Y a des mots et des images qui  portent à réflexion.

 

Posté par caboche à 12:13 - Salmigondis au quotidien - Commentaires [13] - Permalien [#]

01 avril 2013

Nid-de-poule, deuxième volet.

 

En ce lundi de Pâques, 1er avril, qu’elle ne fut pas ma surprise de constater que tous les œufs en chocolat placés dans les nids-de-poule avaient disparu. (voir billet précédent)

Qu’à cela ne tienne, ce sont les pêcheurs qui étaient contents ce matin.

 

avriil

Posté par caboche à 15:57 - Commentaires [5] - Permalien [#]