Anarchiquement vôtre

Salmigondis de mots sans queue ni tête, à ne pas prendre au pied de la lettre. Réflexions sur tout et rien pas toujours au quotidien.

03 novembre 2009

Un tiers de un tiers, ça fait combien?

Ça ne fait pas beaucoup de gens qui se sont prévalus de leur droit de vote aux élections municipales à Montréal. Sur une population d’un peu plus de un million de gens en âge de voter, à peine plus de 35% sont allés aux urnes, et de ceux-là, 37% ont voté pour le maire sortant embourbé par-dessus la tête dans des scandales financiers. (37% X 35%= 12,95%)

Ciel! Je vous épargne le calcul : le maire de Montréal a été réélu par environ 138 000 personnes! Ça nous fait une belle jambe, ça!

J’entends l’argumentation des non votants, toutes les raisons sont bonnes n’est-ce pas pour ne pas faire son devoir de citoyen. Ben non, pas pour moi. À moins que vous ayez été cloués au lit par la grosse-grosse grippe et qu’un vent de civisme vous ait animés pour ne pas contaminer vos concitoyens, il n’y a pas de raisons pour moi de ne pas voter à une élection.

Le droit de vote n'a pas toujours été universel chez nous. Au Québec, c’est seulement depuis 1940 que les femmes ont droit de vote (c’est-y assez loin de l’égalité des sexes, ça?). Aux élections scolaires, il fut un temps où il n’y avait que les propriétaires qui avaient le droit de vote, (comme si l’éducation ne concernait pas tout le monde – c’est pas parce que t’as pas d’argent que t’as pas de cervelle).

Non, je ne me lancerai pas dans l’histoire du suffrage universelle et de la démocratie, mais ça me désole vraiment de constater les faibles taux de participation aux élections tant scolaires, municipales, provinciales que fédérales.

Et oui, je sais, nous sommes appelés aux urnes à tout bout d’champs, et « ils sont pourris,  menteurs, voleurs, tricheurs et opportunistes », ils ont tous les défauts du monde, alors on ne sait pas trop à qui donner son vote et on s’abstient. . Mais c’est un cercle vicieux, (attention, je n’ai pas dit qu’ils étaient vicieux), moins la population s’implique, plus on donne de corde à nos dirigeants, et ce n’est pas certains qu’ils vont se pendre avec.

Je sais, j’ai l’air fermée à tout opinion divergente, mais détrompez-vous, vous pouvez vous exprimer ici, émettre un avis différent du mien, argumenter, il n’y aura rien de censurer. Vous écrivez un commentaire et clic, il apparaît et je réponds.

Je m’énerve parce que je suis déçue du résultat de l’élection et parce que la personne qui reprend le pouvoir l’a obtenu en fait qu’avec 13% des voix des Montréalais (voir petits calculs au premier paragraphe). Quel message avons-nous envoyé? Quelle ville pouvons-nous espérer pour les 4 prochaines années?

J’aime ma ville, j’aime Montréal aux quatre saisons,  Montréal que je vous présente souvent en photos, sous tous ses angles, du grand fleuve jusqu’à la rivière des Prairies, du Vieux  jusqu’aux nombreux parcs qui bordent la rivière au nord. J’aime ses ruelles lorsqu’elles sont décorées, ses escaliers en colimaçon, sa montagne que je veux protéger avec sa vue sur le fleuve, ses patinoires extérieures l’hiver, ses pistes cyclables parfois cahoteuses, ses îles de verdure construites de toutes pièces au milieu du fleuve, ses musées qui pourraient ouvrir gratuitement une journée par semaine, ses jardins, ses festivals peu m’importe à quelle date ils ont lieu.

Je ne veux pas d’une ville sale, je veux une grande ville qui attirera les investisseurs, que les touristes aimeront visiter pour son cachet français unique en Amérique, une ville où je peux circuler en métro, à vélo, rapidement et en toute sécurité.

Je veux le paradis sur terre, monsieur le maire. Alors en bonne perdante, je me rallie à la décision du tiers du tiers et j’espère que vous aurez un peu de Vision pour Montréal, un Projet propre et vert et que vous écouterez sagement vos adversaires.

montreal

Posté par caboche à 16:53 - Salmigondis au quotidien - Commentaires [17] - Permalien [#]

Commentaires

    (Soupir...)

    Chère «caboche, il ne faut tout de même pas oublier qu'à Montréal, il y a un énorme pourcentage d'immigrants sans droit de vote et de nouveaux-arrivants qui ne comprennent absolument pas, les premières années, ce qui se passe ici, comment ça marche, notre histoire, etc.

    Et je t'épargne ceux qui m'ont déjà doit souhaiter des piscines et gymnases pour femmes seulement et ce genre de trucs.

    Comme je le disais chez Jo, je n'aurais pu gagner ces élections car aucun partie ne présente de vision 3D de cette ville, et à long terme, avec des valeurs et des moyens de les mettre en pratique, dont la reconnaissance des femmes et des hommes, foulées au pied par tous les partis y compris, Projet-truc, qui encourage comme si elle n'était pas déjà outrepassée, la différence culturelle.

    BEURK majuscule et absolu pour ces élections lors desquelles bien sûr je suis allée voter, par anticipation. Je suis tannée de voter stratégiquement et que l'on vante des promesses à la pièce, rattachées à des sommes faramineuses!!!

    Que la corruption cesse et les dépenses de fla-fla, repas, (apportez votre lunch, ostensoir, faites comme le peuple qui vous paie!) et on ne saura plus que faire des surplus!

    Sinon, je suis assez d'accord avec toi. C'est un devoir, ne serait-ce que par respect pour celles et ceux qui crèvent ou risquent leur peau (encore bien récemment en Afghanistan, en Iran, ailleurs pour en avoir le droit.

    Zed

    Posté par Air fou, 03 novembre 2009 à 22:01
  • La pétillante...

    Ne vivant plus au Québec depuis plus de 20 ans, je ne peux me prononcer sur les élections municipales qui se sont récemment déroulées à Montréal. Cependant, comme je reçois l'Actualité tous les mois et que je suis une fidèle spectatrice de RDI, je peux déclarer que j'aurais à coup sûr voté pour Louise Harel et sa Vision, malgré tout le chiard qu'on en a fait (eh oui, bordel, même en Ontario!), sous prétexte qu'elle ne parle pas ou peu l'anglais. Et puis après? Le maire de Toronto et celui d'Ottawa parlent-ils français, eux???? Hé non!...

    Euh... Je crois m'être prononcée... Désolée, mais pendant que j'y suis, j'aimerais ajouter que quoiqu'il arrive, j'aimerai TOUJOURS Montréal du plus profond de mon âme, Montréal, ma joie de vivre, ma pétillante, ma ville natale. Elle me manque terriblement, mais j'ai pris mari et pays... Ou pays et mari... Mari? O.K. et pourquoi pas ?

    Je t'embrasse Caboche et te remercie pour ce billet des plus percutants! C'est toujours un vrai délice que de te lire!

    Posté par Rosie, 04 novembre 2009 à 08:24
  • @ Zed,

    Tu t’engages sur un terrain glissant en parlant du vote ethnique. J’ai souvenir d’un monsieur Parizeau qu a payé cher son franc parler et pourtant, à mon avis, il avait raison à ce moment-là.
    Annuler son vote est une façon de se prononcer quand on a l’impression que de choisir quelque candidat que ce soit trahira nos convictions profondes. Mais c’est en même temps donner du pouvoir aux autres électeurs. Bien qu’il n’y avait de partis ou de candidats parfaits, je n’avais pas ce dilemme aux élections municipales.
    Ben oui, apportez votre lunch, bonne idée, mais je ne serais pas surprise qu’il le fasse au homard et au caviar.

    Posté par Caboche, 04 novembre 2009 à 09:52
  • @ Rosie

    Aujourd’hui, les journalistes, analystes et autres « istes » pensants décortiquent le vote et se demandent bien pourquoi le gars qui avait les pieds dans la boue jusqu’au cou a été réélu quand les mêmes « istes » avaient eux-mêmes répandu la nouvelles depuis des mois. En tout cas, on n’aura pas besoin d’aller dans un spa se payer un bain de boue, on est dedans jusqu’au cou et à quel coup!
    Est-ce que tout ça se résume à une question de langue, je ne crois pas, mais de mauvaises langues, alors là, bordel, ça court les rues et les ruelles.
    Montréal la pétillante, j’aime bien l’expression, mais lundi dernier je crois que peu de gens ont débouché le champagne.

    Posté par Caboche, 04 novembre 2009 à 09:54
  • Perspective

    Ma foi, c'est presqu'une déclaration d'amour envers Montréal! J'aime aussi cette ville quoi que pour son cachet francophone, on repassera!

    Qui devrait voter? Tout le monde? Je serais porté à répondre: ceux qui s'intéressent à la chose municipale.

    Les autres? Bof, tant qu'à voter pour la photo sur la pancarte et les menseonges électoraux, aussi bien qu'ils s'abstiennent. Le choix sera plus éclairé s'il est fait par des gens qui se soucient de leur administration.

    Ainsi, 37% de la population se sera exprimée, près de 400,000 personnes. C'est pas si mal finalement.

    Accent Grave

    Posté par Accent Grave, 04 novembre 2009 à 10:48
  • Ceux qui ont été voter, ont-ils tous reçu leur enveloppe brune???
    Caboche, réclame la tienne tout de suite, peu importe pour qui t'as voté... c'est juste comme ça que ça marche!!!!
    Beau billet!!!

    Posté par Jo, 04 novembre 2009 à 12:21
  • L'idée du siècle?

    @ Jo

    You make my day, dear!
    Je suis morte de rire.
    D’enveloppes brunes je n’ai pas eues,
    Drette là, je réclame mon dû.

    J’ai pensé à une magouille,
    Qui ferait de nous deux fripouillles,
    Pour escroquer de l’argent
    À nos bons dirigeants.

    Que dirais-tu d’un petit commerce,
    De bouffe prête à manger, vite faite,
    Qu’on vendrait à gros prix,
    À ces experts en duperie?

    Posté par Caboche, 04 novembre 2009 à 14:20
  • Vu comme ça

    @ Accent Grave

    Je crois aussi qu’il est préférable que ceux qui se prévalent de leur droit de vote le fassent de façon éclairée. Pour ceux qui désirent voter pour une photo, ils peuvent exercer leur droit de vote à Occupation double après tout.

    Posté par Caboche, 04 novembre 2009 à 17:10
  • Certain!

    Et pas mal de gens l'ont dit et mets-en que c'était pertinent, ce qu'il avait dit, Parizeau. penses-tu que des gens qui viennent au Kenneda, arrivent de la pauvreté, de la guerre ou viennent parce qu'ils sont des intellectuels qui ne gagnent rien dans leur pays d'origine ou apportent des capitaux ont envie d'instabilité??? Me semble... Plusieurs parlent déjà anglais et qui d'entre eux sait qu'il y a des problèmes d,identité ici et qu'il y a quelque conflit que ce soit entre le Kenneda anglais et la belle province, tous deux bilingues co(a)st to co(a)st? Tu penses qu'en plus de ne pas connaitre les noms des ministres et la manière dont fonctionnent les deux gouvernements, ce que déjà pas mal de « de souche » ignorent aussi ils en savent plus au sujet des municipalités? ce ne serait simplement pas réaliste! Ça prend du temps, des connaissances, et régler d'abord les problèmes pas mal plus basique comme le logement, la survie, l'école pour les mioches, l'adaptation, etc. Et comme on est ici au centre des arrivées et qu'un fort por=urcentage sera refusé ou sera déçu et repartira, ça fait un assez important pourcentage de gens qui ou bine ne comprennent pas ou bien n'ont pas le droit de voter. Qui accuser? Pas eux, qui ont eu des réflexes tout à fait sains et normaux, mais l'ostensoir de gouvernement fédé qui a organisé sa campagne de peur et son « scandale des commandites ». Sinon, pour parler à plein de gens, comme tu le sais, ce sont souvent d'anciens immigrants qui défendent le Québec, sa langue, son indépendance et la valeur que nous négligeons : la reconnaissance de l'égalité femmes-hommes, souvent des arabophones, d'ailleurs, et cette autre valeur, que nous salissons tous les jours, la laïcité.

    Finalement, ça me faisait mal au cœur d'annuler pour les raisons que tu as mentionnées, d'ailleurs. J'ai voté pour Projet-truc, qui m'apparaissait le moins pire et pour les autres, une belle salade. Je trouvais ça sympa que Harel parle français et pas du tout en sa défaveur, au contraire quant à moi. Mais je ne peux me sentir représentée par des femmes voilées ou leurs proprios. Pas capable.

    Zed ¦)

    Posté par Air fou, 05 novembre 2009 à 00:28
  • @ Zed,

    Il y a un gros travail à faire au niveau de l’accueil des immigrants, particulièrement en ce qui a trait aux renseignements qu’on leur donne ou plutôt qu’on ne leur donne pas dans les ambassades avant qu’ils arrivent au pays (quel pays au juste).

    On est finalement dans le même bureau de votation pour ce qui est des nuances que tu apportes sur la condition des immigrants, le « droit de vote » et le devoir de voter. On n’a juste pas mis notre croix au même endroit. J’aurais aimé que mon arrondissement change de cap, c’est tellement pitoyable la façon dont c’est administré depuis 30 ans, toujours par la même gang d’aveugles et de manchots sans vision.

    Et puis, tu le sais je crois, je suis un peu moins chatouilleuse que toi sur le voile, ce n’est pas ce que j’ai retenu du programme de Louise Harel. J'aurais aimé entre autres, que certains pouvoirs soient rapatriés à la grande ville.

    Posté par Caboche, 05 novembre 2009 à 08:30
  • Une ovation debout pour toi!

    Bravo Caboche! C'est dit. C'est tout ce que je pense. Je me suis reconnue dans ton propos et parfois, ça console un peu de ne pas être toute seule à crier dans le désert.

    Mais c'est aussi ton vibrant attachement à Montréal qui m'a jetée par terre. Vraiment. J'aime la façon dont tu en parles, avec tout ce que tu souhaites. Je suis de Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue. Je parle de ma ville et de ma région avec la même passion pour essayer de les faire mieux connaître et si possible, apprécier à leur juste valeur. Je rêve qu'on ait tous et toutes ce sentiment d'appartenance très fort, ce réalisme qui donne envie de se retrousser les manches et ces rêves d'avenir pour notre coin de pays.

    Je vais souvent à Montréal, j'y serai toujours en quelque sorte une touriste dans mon propre pays. À la fois chez moi et loin de chez moi. Je ne me reconnais pas autant que j'aimerais dans cette ville qui n'arbore pas autant qu'elle le devrait son visage francophone et sa culture distincte mais je ne demande pas mieux que de m'identifier et de faire partie de ce Québec si diversifié, ville et régions confondues dans un même sentiment d'être chez nous.

    Naïve, moi? Bien sûr! Mais déterminée.

    Posté par Zoreilles, 05 novembre 2009 à 09:29
  • Détermination saupoudrée de naïveté

    @ Zoreilles,

    Je nous découvre beaucoup d’atomes crochus, Zoreilles. J’aime aussi comment tu parles de l’Abitibi, de Rouyn-Noranda, de ses habitants, de cette vie si riche qui s’y déroule, des grands espaces, toujours avec fierté et un grand respect.
    Je comprends très bien comment on peut « être touriste », voire même étranger dans son propre pays. C’est ce que je ressens lorsque je prends le large pour aller vivre au Lac-du-Cerf près de Mont-Laurier. Pourtant j’y vais depuis plus de 30 ans, j’y ai des amis, mais je ne suis pas « de la place » et je crois que je ne pourrais pas m’y installer à demeure.
    Le béton et le côté cosmopolite de la métropole me manqueraient, moi qui suis née les deux pieds dans le macadam.
    Je ne suis pas toujours à l’aise non plus de traverser « la ligne Maginot » à Montréal pour aller me balader à l’ouest du Boul. St-Laurent.
    Si tu fouilles dans les archives, tu trouveras un billet sur « Les deux solitudes » le 13 octobre 2007.

    Un peu de naïveté, beaucoup de détermination, une bonne mixture pour vivre en santé, n’est-ce pas?

    Posté par Caboche, 05 novembre 2009 à 11:20
  • Bulles...

    Espérons qu'aux prochaines élections (dans 4 ans... bordel...), il y aura moins de boue et beaucoup plus de bulles provenant de la bouteille de champagne! Montréal doit TOUJOURS demeurer la pétillante!

    Et je suis complètement, entièrement et totalement d'accord avec ton commentaire destiné à notre Zoreilles quant à la bonne mixture d'ingrédients pour vivre en santé!

    Posté par Rosie, 05 novembre 2009 à 22:35
  • Bonjour Caboche, bonjour à tous
    Apparemment, le point commun à la majorité des hommes politiques de tout pays est la malhonnêteté et malheureusement les scandales qui éclatent ne sont que la partie émergente de l'iceberg. Le pouvoir de la désinformation a fait son oeuvre, les cerveaux sont anesthésiés, on pense pour eux. Heureusement, il reste des irréductibles, qui réfléchissent , mais le combat devient vraiment très déséquilibré et c'est vrai que parfois notre colère est à la mesure de notre impuissance.

    Posté par zygomo, 06 novembre 2009 à 04:01
  • @ Rosie
    Rêvons en couleurs, Rosie, tout en gardant un œil ouvert.

    Posté par Caboche, 06 novembre 2009 à 23:59
  • @ Zygomo,

    Yeah! Le barde voyageur est revenu.
    C’est effectivement ce sentiment d’impuissance et l’impression de toujours se faire mener en bateau qui me met en colère. Et puis, j’ai beau cultivé un petit côté naïf pour ne pas tomber en dépression profonde, je vois bien la grosseur de l’iceberg, c’est titanesque.

    Tiens, cet automne, j’aurais bien pris le bateau pour m’évader … et échanger mon île du St-Laurent pour celle de Bali par exemple.

    Posté par Caboche, 07 novembre 2009 à 00:04
  • ... ...

    ...Et l'oreille aux aguets...

    Posté par Rosie, 09 novembre 2009 à 05:31

Poster un commentaire