Anarchiquement vôtre

Salmigondis de mots sans queue ni tête, à ne pas prendre au pied de la lettre. Réflexions sur tout et rien pas toujours au quotidien.

03 février 2009

Petite et grande histoire d’une congère ou Mémoire d’un banc de neige

Tout ça a commencé un 13 septembre 1759 sur les Plaines d’Abraham lorsque la France et la Grande Bretagne se disputaient les colonies. C’était pendant la guerre de Sept Ans.  De querelles en batailles, les hostilités allaient bon train un peu partout en Europe et s’étendaient jusqu’en Amérique du Nord. On se déchirait pour l’obtention de petits et grands lopins de terre. Ça ressemblait un peu à « Je prends la maison, tu gardes le chalet, je conserve la voiture et je te laisse les enfants ». Le conflit dura 7 ans. ... [Lire la suite]
Posté par caboche à 00:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

29 janvier 2009

La ville en feu

Le titre de ce billet a été proposé par Mica au Jeu des titres. ______________________________________________________________ Au cœur de l’hiver, lorsque le mercure est en chute libre, quoi de mieux que de mettre la ville en feu pour se réchauffer.   . C’est bien au chaud, les pieds sur la bavette du poêle, que je me suis amusée à transformer des photos prises par temps froid au belvédère du Mont-Royal. Montréal de glace et de feu. ... [Lire la suite]
Posté par caboche à 23:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
26 janvier 2009

Paradoxe d'une désertion

Quel titre! Je vous rassure, ceci n’est pas une thèse psycho-philosophique. Je réfléchis sur monsieur Facebook. Je dis « monsieur » comme ça parce que pour ce qui est du « phénomène Facebook », les sociologues et les psychologues en ont abondamment parlé avant moi. Vous connaissez certainement monsieur Facebook. Il se présente comme un ami du peuple, quelqu’un qui vous veut du bien. Ce grand homme puissant a réussi à étendre ses tentacules bienfaisants sur presque toute la planète. Son objectif premier : vous aider à... [Lire la suite]
Posté par caboche à 22:32 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
22 janvier 2009

La vertu me tue

Allons droit au but, depuis quelques temps, j’ai en horreur les chercheurs. Non que je sois réfractaire à l’avancement de la science, loin de là, mais la prolifération des gratteux-de-papier-obsessifs-compulsifs qui sèment la peur et se couvrent de vertu m’horripile. Et je ne vous parle pas de toutes ces subventions qu’on leur verse, trop souvent en pure perte. Tiens, je vous le donne en mille, vous ne devinerez jamais sur quoi s’est penché le chercheur Alex Wissner-Gross : La quantité de gaz à effet de... [Lire la suite]
Posté par caboche à 00:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
17 janvier 2009

Bordel qui fait froid! ou ... Stie qui fait frette?

Miss Météo, dites-moi : Peut-on accumuler le froid comme on accumule la neige? Autrement dit est-ce que trois jours consécutifs à – 33,3º C donne une température ressentie de - 100ºC? À quelle température l’os gèle-t-il? À – 33º C, pourquoi la vague de froid ne gèle-t-elle pas dans l’atmosphère avant de s’abattre sur la ville? Dites, Miss Météo, fait-il plus froid quand il fait frette ou est-ce l’inverse? Si je vous pose toutes ces questions, Miss Météo, c’est que l’irréductible gauloise... [Lire la suite]
Posté par caboche à 15:55 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
14 janvier 2009

Soyez toujours gentils avec ceux qui achètent des billets de loterie

Le titre de ce billet a été proposé par Mica au Jeu des titres. ____________________________________________________________________ Il y a des phrases toutes faites comme ça qui sous-tendent un message à décoder. Celui-ci me semble un peu ratoureux. Je préfère de loin les proverbes. Ils me font rigoler avec leur sagesse séculaire. Tiens, ma mère « avait pour son dire » : Dans la vie, vaut mieux manger son pain noir en premier. Moi, la vie à 5 ans, je n’y connaissais pas grand-chose. J’aimais jouer aux... [Lire la suite]
Posté par caboche à 13:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 janvier 2009

Comment me lire

(À propos du dernier billet) Il n’est pas toujours facile de départager la réalité de la fiction, le fait vécu de la pure fantaisie. Je le sais, il m’arrive souvent de m’interroger sur ma propre existence. Ah! Que j’aurais aimé vous dire : « Je vous ai compris! ». Mais non, j’ai plutôt été surprise de constater que quelques visiteurs étaient  allés au-delà de ma pensée, et voyait dans le texte une analogie avec des événements de l’année 2008, et l’état pitoyable de la planète.  C’est bien normal,... [Lire la suite]
Posté par caboche à 09:35 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
30 décembre 2008

Bienvenue chez les fous

Sera-t-il parmi nous en 2009? Je n’en sais rien. Le jeu des titres traîne de la patte mais qu’à cela ne tienne, je suis fidèle au poste. Voici donc mon texte sur le titre suggéré par Mica. __________________________________________________________________ On devait bien compter 5 heures de marche pour parcourir le sentier qui menait aux gîtes et pour apercevoir enfin un premier panneau sur lequel on pouvait lire: Bienvenue chez les fous. L’été, on y allait à pied ou à cheval, l’hiver, il fallait chausser des... [Lire la suite]
Posté par caboche à 23:31 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
24 décembre 2008

"Voeux ... pieux"

Cher ôôBXVI, J’espère ne pas vous blesser en utilisant ce nom. J’ai appris par les journaux que c’est ainsi que vous signiez les milliers de textos sur les saintes écritures que vous avez envoyés l’été passé aux pèlerins inscrits aux Journées mondiales de la Jeunesse à Sydney. Ne voyez pas là un reproche sur l’utilisation des nouvelles technologies pour poursuivre votre œuvre d’évangélisation à travers le monde. Que vous lisiez votre bréviaire sur votre iPhone, ou que vous envoyiez des textos, pardonnez-moi... [Lire la suite]
Posté par caboche à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
17 décembre 2008

Conte ... à rebours

Dans la forêt désenchantée, depuis quelques semaines il y a une effervescence peu banale. On s’active à préparer la fête de Noël. …. Nicolas, songeur, observe la scène. Il sait bien que cette course effrénée aux emplettes pour arriver fin prêt à la fête ne présage rien de bon. Paulette, nouvellement célibataire, souffrira un peu plus de sa solitude en voyant les couples amoureux s’embrasser sous le gui. L’oncle Georges aura trop bu, c’est sûr, il tripotera dans un coin, Gisèle sa belle-sœur.... [Lire la suite]
Posté par caboche à 09:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]